QUELLE FORMATION ?

On me demande souvent mon avis quant à la valeur d’une autre formation. Je ne souhaite pas porter de jugement, ce serait inconvenant et, de plus, on ne peut comparer que ce qui est comparable. Or on trouve, assez facilement, des offres de formation au métier de comportementaliste. Sur INTERNET on n’a que l’embarras du choix ! Et c’est même le choix en lui-même qui peut s’avérer embarrassant ! J’ai reçu des documentations proposant une formation de comportementaliste émanant de personnes ignorant tout de l’éthologie, jusqu’au sens du terme “comportement”. Voici quelques informations destinées à mieux comprendre ce qui peut vous être proposé.

LA NATURE DE LA FORMATION :
La formation que je dispense qualifie pour le métier de comportementaliste. Les appellations comme "Educateur-comportementaliste" voire "éducateur canin"(?) ou "psychologue animalier" sont grotesques. Et dresser sans dire que l’on dresse, en utilisant le terme, d'ailleurs inapproprié, "d’éducation" constitue une tromperie. Le dressage du chien, qui est utile, ne peut apporter de réponse aux difficultés de relation famille/chien, pas plus que le fait de droguer le chien (ce qui se pratique, hélas !). Et il y a souvent confusion entre "autorité" et "obéissance" ou "hiérarchie" et "soumission".

L’action du comportementaliste s’exerce sur la relation qui unit la famille et le chien. Il n’agit pas directement sur le chien, (comme le fait le vétérinaire ou le dresseur). Pour apporter son aide, le comportementaliste doit considérer la famille selon une approche “systémique” (ce n’est pas l’individu seul qui est concerné, mais l’ensemble du groupe, dont chaque élément est en interaction avec les autres et avec le tout : le système) et pratiquement tous les propriétaires de chien considèrent que celui-ci fait partie de la famille.
(Thèse Michel Chanton “comportement social et approche systémique chez le chien”- 1991 -)
On ne peut donc comparer plusieurs formations que si elles sont orientées selon cette approche, si ce n’est pas le cas, on comparera des formations dissemblables, et cela ne permet pas un choix éclairé. Il est indispensable de connaître le programme précis d’une formation et le cursus du formateur.

Pour élaborer, il y a plus de vingt ans, la formation que je dispense, je me suis inspiré de l’approche dite de Palo Alto, - Californie - où un groupe de psychologues, de psychiatres, d'éthologistes, parmi lesquels Grégory BATESON, Ludwig VON BERTALANFFY ( théorie des systèmes) , Paul WATZLAWICK (réalité, changement), Joël de ROSNAY (systémique) a construit des théories novatrices conduisant à l’élaboration de méthodes de thérapies familiales (approche systémique des relations humaines).
Et que constate-t-on en observant un système dans lequel le statut du chien est celui de “membre de la famille” ce qui est fréquent ?
a- les attentes des personnes en relation avec le chien sont influencées par l’anthropomorphisme, par des mythes répandus dans les milieux de clubs de dressage, colportés et publiés dans des revues sans la moindre justification scientifique (la fameuse hiérarchie Homme/Chien !) et également par le statut attribué au chien dont on attend des réponses et des comportements humains. Ce faisant on oublie que le chien est ..un chien !.
b- pour le chien, la situation vécue est souvent ambiguë, parfois indéchiffrable. Et peut-on le dresser à comprendre ? Ou le droguer pour qu’il comprenne, si toutefois en s’en soucie ?.
c- ses tentatives d’adaptation l’amènent à produire des réponses considérées comme “pathologiques” tant par les membres de la famille déçus dans leurs attentes que par quelques vétérinaires qui voient là un nouveau créneau économique -Jean Pierre Samaille, Le Point Vétérinaire N° 1286- et qui postulent donc que le chien qu’on ne comprend plus est un “malade mental”, qu’il convient d’étiqueter comme tel, d’où cette apparition, depuis quelques années, de chiens “dépressifs” “sociopathes” “phobiques”, “schizophrènes” (mais si !) etc.

La formation que j’ai créée conduit à agir selon l’approche du groupe “Palo Alto” et à s'interroger sur les causes de dysfonctionnement de la relation entre la famille et le chien, à se demander
si le comportement dit "anormal" de celui-ci n'est pas une simple réponse , une tentative d'adaptation impossible en présence, par exemple, d'un système de double contrainte, que nombre de propriétaires de chiens construisent en toute bonne foi. Ou même, cas fréquent, de modes de vie, de type de relations incompréhensible pour le chien. Bien entendu il faut bien connaître l’éthogramme du chien, qui, curieusement, manque dans certains programmes. Sur internet, certaines propositions de formation ressemblent à des “copier-coller” (copié, c’est évident !) dont le résultat est un jargon consternant mais révélateur.

QUELLE METHODE PEDAGOGIQUE ?
La formation qui vous est proposée comporte, avec l’évaluation des travaux personnels et leur commentaire en groupe, le contrôle du travail personnel, ainsi que des connaissances acquises en cours de formation,
DEUX CENT DEUX HEURES pour un petit nombre d’étudiants, en relation directe avec l’enseignant, avec toutes les questions et développements que cela permet. Pour la partie pratique, les étudiants analysent, sous forme d’enregistrements sur CD, des entretiens qui ont été réellement conduits avec des propriétaires de chiens déconcertés par un changement de comportement de ceux-ci. Ces analyses d’enregistrements d’entretien sont évaluées individuellement et nous écoutons ensuite ensemble ces enregistrements pour faire la critique des analyses qui en ont été faites par chacun.

Ces deux particularités suffisent pour constater que
cette formation ne peut pas être conduite par correspondance. Outre l’approche systémique, la formation du comportementaliste comprend d’abord l’étude de l’éthogramme du chien, et la situation particulière du chien familier.

QUELLE DUREE ?
- La durée de la formation : les seuls critères à considérer, pour comparer, sont la durée des cours, en direct avec le formateur, et exprimée en heures, le contenu de la formation et le cursus du formateur.
Une formation ne se juge pas au poids ! Celle que je dispense comporte six modules. Si je dispensais un seul module par an elle durerait six ans ! En serait-elle meilleure ?
En résumé comparez, questionnez, téléphonez (si vous pouvez parler à un être humain !) ne vous fiez pas aux ragots des forums, vérifiez vous-même.


FORUMS : Très utiles quand ils sont consacrés à l’entraide, comme les forums en informatique.

              Refuges des lâches  lorsqu’ils regroupent des gens aigris, médisants, calomniateurs (par vénalité ou pour le plaisir).

               Cela existe hélas aussi chez les comportementalistes et quelques formateurs, c’est dommage, mais la personnalité de certains est ainsi construite et sans doute n’ont-ils pas remarqué que l’écran reflète leur propre image !.

COMPARAISONS : Il est normal de choisir parmi plusieurs formations proposées, mais on ne peut comparer que ce qui est comparable ! Ainsi, des cours par correspondance ne peuvent être comparés aux cours “magistraux“, en relation directe avec l’enseignant. Comment pourrait-on, dans ces deux modes de formation, comparer le nombre d’heures de cours ?

On peut choisir une formation - et limiter les risques - en étant parfaitement renseigné sur deux points :
-
Quel est le cursus précis du formateur ? Ce cursus doit être indiqué de manière claire, en fonction des cursus universitaires existant en France, ou, par équivalence reconnue, à l’étranger.

  • Quel est le contenu ? Il est indispensable de connaître exactement le programme des cours proposés et le nombre d'heures de cours, "en direct avec le formateur"et restant dans le sujet : les interactions famille/chien. On trouve dans certains programmes des notions n'ayant aucune relation avec le sujet principal qui est : les interactions entre l'homme et le chien familier. Déborder ce sujet en proposant des matières hétéroclites s’appelle faire du remplissage .

Entre les pseudo-comportementalistes qui n’ont aucune formation, ceux qui ont été formés en dix heures (si si, cela existe) les “spécialistes” (éminents, cela va sans dire !) formés en quarante heures, les dresseurs qui s’autoproclament comportementalistes et les "éthologues de terrain" (si si, aussi !) il y a de quoi rester perplexe.

  • La formation que je dispense est en permanence mise à jour et approfondie, ce qui est tout simplement normal. Elle est aussi copiée sans vergogne par d'autres formateurs ou prétendus tels, ce qui l’est moins !.

  • PRECISION : Je ne suis pas une boite postale ! . On peut me téléphoner (05 4692 5392) me parler, me questionner, de préférence après un premier contact par courrier électronique.

contact michel.chanton@orange.fr